Concert Cali – Festival Les Déferlantes 2015 – Argelès sur Mer (66)

Concert Cali - Festival Les Déferlantes 2015 – Argelès sur Mer (66)

12 juillet 2015 – Château Valmy

Toutes les images sont protégées par les lois internationales sur le copyright et ne peuvent être utilisées, sous quelque forme que ce soit, sans l’autorisation écrite de son auteur.

CALI


Longtemps, Cali a arpenté les scènes à toute vitesse, courant, sautant, hurlant ses joies, ses peines, ses colères à la face du monde, pleurant ses amours évanouies avec un large sourire, stage-divant pour mieux partager des instants incandescents, entonnant des hymnes à la vie, à l’amour, à l’engagement d’un homme pur. Puis vint l’envie de se poser un peu, de se laisser le temps de souffler un peu, de digérer ces albums enchaînés à la vitesse d’un cheval au galop, ces concerts explosifs où il donnait tout, sans calcul, sans frein, sans retenue. Une parenthèse enchantée en piano/voix, juste pour retrouver les sensations, pour aller à l’essentiel, faire corps avec des chansons magnifiques qui, se faisant, trouvaient leur ligne de pureté. Un peu de théâtre pour se frotter à un texte magnifique, au frisson d’un exercice différent mais tout aussi enrichissant, avant de repartir à l’assaut des citadelles paradoxales. Et le voici de retour sur la scène musicale avec «L’Age d’or», un sixième album qui nous prend par la main délicatement et nous emmène dans une promenade, parfois douce parfois flamboyante, au cœur de ses sentiments, là où l’on croise la nostalgie et le bonheur, où l’on pense à l’avenir sans jamais oublier que la vie est une menteuse. La force de Cali est de savoir toujours toucher à l’essentiel, réussir à chaque album l’alchimie parfaite entre poésie des sentiments et petites choses du quotidien. Avec ses tempêtes, ses orages, il nous raconte l’amour et l’amitié, nous embarque à ses côtés au fil des jours heureux et des instants tristes, nous parle du passé et de l’horizon lointain, chuchote ses révoltes et hurle ses espoirs, bref nous parle de la vie, tout simplement, la sienne et la notre, celle que l’on se rêve et celle que l’on subit, celle qui nous fait sourire et celle qui nous offre des larmes, celle qui réunit dix mille cœurs debout dans le Parc de Valmy en un seul et même élan d’amour parfait et celle qui nous fait attendre seul le grand jour… la vie, quoi ! » source : Déferlantes.com