Concert Christine and the Queens – Festival Les Déferlantes 2015 – Argelès sur Mer (66)

Concert Christine and the Queens - Festival Les Déferlantes 2015 – Argelès sur Mer (66)

12 juillet 2015 – Château Valmy

Toutes les images sont protégées par les lois internationales sur le copyright et ne peuvent être utilisées, sous quelque forme que ce soit, sans l’autorisation écrite de son auteur.

CHRISTINE AND THE QUEENS


Révélation incontestée de la rentrée 2014, Christine and the Queens a surpris autant qu’elle a envoûté, clivé autant qu’elle a enthousiasmé. Comment pouvait-il en être autrement devant cet objet musical hors normes, ce projet artistique né en 2010 à Londres de l’imagination d’Héloïse Lhetissier qui, seule et dans une ambiance théâtrale, improvise et joue, danse et chante sur une boucle électro pop aussi intimiste que sombre. Singulière et déroutante, Christine and the Queens s’amuse à brouiller les pistes en permanence, prenant à bras le corps la pop française pour mieux la triturer, en extraire des sonorités vintage tout en y insérant des touches r’n’b et freaky.
Après avoir fait les premières parties, entre autres, de The Do, Lykke Li ou Gaëtan Roussel, assurance d’un début de notoriété, sa Victoire de la Musique, catégorie groupe ou artiste révélation de l’année, propulse son premier album, «Chaleur humaine», en haut des charts et elle sur le devant de la scène. Pas question pour autant pour cette fan de David Bowie de céder aux sirènes du mainstream, car, consciente de la fragilité de ce succès soudain, elle sait pour autant qu’elle ne doit pas dévier de sa route, que sa force et l’intérêt de sa proposition artistique réside dans ce côté hybride, dans cette surprenante transversalité qui lui fait mélanger musique et danse, poésie et théâtre, fantaisie et mélancolie. Avec ses petites mélodies sobres et entêtantes, Christine and the Queens (même si ces fameuses drag queens lui ayant inspiré son nom, un jour rencontrées à Londres ne sont plus dans le paysage) nous invite à une ballade inédite au cœur d’une pop esthétisante, à la fois exigeante et accessible, efficace et étonnante, intimiste et paradoxalement festive. Loin des paradis perdus qu’elle chante, quel meilleur cadre que celui du Parc de Valmy pouvait-on espérer pour déguster avec toute l’attention requise l’étonnant univers de la reine Christine ?
 » source : Déferalnte.com